Rêver de nouveauté

Le podcast de l'axe REVER (Résilience, Vulnérabilité et Recours) du Centre Émile Durkheim
Rêver de nouveauté
, c’est le podcast qui fait intervenir les chercheurs et chercheuses en sciences sociales sur des thématiques neuves, originales et qui nous permettent de renouveler notre perception de la recherche. En collaboration avec le Centre Émile Durkheim et l’axe de recherche Résilience, Vulnérabilité et Recours, on s’intéresse aux nouveaux sujets, à l’interdisciplinarité et aux nouvelles méthodes en se posant la question : qu’est-ce ce que la nouveauté peut apporter à la recherche ? 

Pour écouter :
S'abonner sur Deezer | Spotify | Apple PodcastsNotre flux RSS 


Les créateur·rices du podcast Rêver de nouveauté

Clément Reversé est maître de conférences à l'UT2J chercheur au CERTOP et chercheur associé au Centre Émile Durkheim.

Il s'intéresse aux questions de vulnérabilité et d'invisibilité chez les jeunes à travers plusieurs projets mêlant ethnographie, recherche quantitative et photographie.

En savoir plus

Ambre Guichard est doctorante en sociologie au Centre Émile Durkheim, à l’Université de Bordeaux.

Sa thèse porte sur les dispositifs d'individualisation des parcours d'études à l’université et dans les établissements d’enseignement supérieur privés. Elle s’intéresse notamment aux enjeux de temporalités et aux effets du changement sur le rapport au temps des individus. 

En savoir plus

Alban Mizzi est doctorant au Centre Émile Durkheim et chargé de cours à l’Université de Bordeaux.

En combinant la sociologie de l’éducation avec la sociologie des émotions, il s'intéresse aux questions de mérite et de sentiment d’injustice à travers la procédure de sélection vers l’enseignement supérieur.

En savoir plus


Episode 5. L'agroforesterie

Animateur·rices : Alban Mizzi et Ambre Guichard 

Invitée : Juliette Porte

Juliette Porte, doctorante au Centre  Émile Durkheim sous la direction de Delphine Thivet et Antoine Roger, travaille sur la transition agroécologique, c’est-à-dire sur les nouvelles manières de faire ou de dire l’agriculture dans un contexte de changement climatique, voire de crise environnementale. 

Un certain nombre de controverses ont émergé autour des pratiques agricoles intensives : scandales sanitaires du glyphosate, marées vertes en Bretagne, etc. Outre la volonté politique de réguler l’industrie agroalimentaire, il existe aussi, à plus petite échelle, un certain nombre de pratiques alternatives qui se développent, comme la permaculture ou l’integrated farming

L’agroforesterie est une agriculture alternative qui consiste à « faire de l’agriculture avec des arbres ». Il se trouve qu’en plantant des arbres aux alentours de parcelles agricoles, on obtient des bienfaits cumulatifs et réciproques, notamment en matière de protection des sols...  


Episode 4. La vulgarisation

Animateur·rices : Alban Mizzi, Clément Reversé, Ambre Guichard 

Invité : Thomas Boissonneau 

Thomas Boissonneau, doctorant en sociologie au LISST, Université de Toulouse Jean Jaurès. Sous la direction de Béatrice Millard et Julien Figeac, sa thèse intitulée Les nouveaux acteurs de la vulgarisation en ligne : Quels réseaux pour quels publics ? s’intéresse au phénomène de la vulgarisation, notamment sur YouTube, mais aussi et surtout des enjeux qu’il dissimule.  

La vulgarisation ne semble jamais avoir été aussi populaire d’aujourd’hui : Nota Bene avec 2 millions d’abonnés, les Revues du monde avec environ 1 million, Linguisticae en compte 400 000, E-penser 1,1 million ou encore C’est une autre Histoire plus de 600 000. Face à l’ampleur d’un tel phénomène la sociologie vise à investiguer et se questionner sur les mécanismes sous-jacents, les réseaux, mais aussi les modes de production des savoirs. Parfois érigés en célébrités du net, ils font aussi parfois parler d’eux pour des déboires bien plus sombres…  


Episode 3. La drogue et les femmes

Animateur.trices : Ambre Guichard, Clément Reversé

Invitée : Sarah Perrin

Sarah Perrin travaille sur la consommation et revente de drogues et plus particulièrement sur la place des femmes insérées - travaillant ou faisant des études - en France et au Canada. En octobre 2022, elle a soutenu sa thèse intitulée Les mondes cachés des drogues. L’invisibilité des femmes insérées socialement sous la direction d’Emmanuel Langlois.    

Après des années de lutte pour la légalisation – ou du moins la dépénalisation – des drogues et notamment du cannabis en France, le débat semble, du moins de loin, ne pas avoir beaucoup évolué. Les clichés sur le deal, certainement renforcés par les émissions télévisées, séries et film s’accrochent encore à l’image du dealeur de cité ; un jeune homme racisé issu de quartiers prioritaires de la ville. D’autres clichés existent ; celui du rasta, du toxicomane, mais toutes ces images mentales qui arrivent lorsque l’on parle de la drogue nous laissent bien loin de la problématique du genre, et qui plus est des femmes des classes moyennes et supérieures. Pourtant, comme le montre les rapports de l’OFDT la consommation des jeunes femmes s’approche sensiblement de celles des jeunes hommes...  


Episode 2. Les déchets

Animateur·trices : Ambre Guichard, Clément Reversé, Alban Mizzi

Invité : Maxence Mautray  

Maxence Mautray, doctorant au PAVE, travaille sur les pratiques liées aux déchets. Sa thèse s’intitule Le basculement vers une politique Zero Waste d’un territoire rural sujet à de fortes inégalités socio-économiques.  En collaboration avec le SMICVAL du Libournais et de Haute-Gironde sous la direction d’Olivier Chadoin.  

La gestion des déchets et les pratiques qui lui sont liées inquiètent de plus en plus. Dans une société ultraconsumérisme et de surproduction, les déchets s’accumulent. Tour à tour polluant, recyclés, destructeurs et valorisés, les questions relatives de nos pratiques de gestion des déchets s’accumulent à leurs tours. Recyclage, Upcyclingzero-waste, nos déchets cachent aussi des inégalités…  


Episode 1. Le dégoût

Animateur·trices : Ambre Guichard, Clément Reversé, Alban Mizzi 

Invité·es : Arnaud Alessandrin, Brigitte Estève-Bellebeau  

À travers l’analyse de la transphobie, de la grossophobie, de la xénophobie et de la maladie comme vecteurs privilégiés de l’expression de ce sentiment universel, Arnaud Alessandrin, Brigitte Estève-Bellebeau, auteurs de Que faire de nos dégoûts ?  paru en 2021 chez Eclisse, confrontent leurs points de vue de chercheurs en sociologie et en philosophie afin de nous éclairer sur ce gênant héritage.