Nouvelle arrivée : Koichi Kameda de Figueiredo Carvalho

Postdoctorant dans le projet PHAG-ONE

J’ai rejoint mi-septembre le Centre Émile Durkheim comme postdoctorant dans le cadre du projet PHAG-ONE sur le développement de la thérapie phagique. En tant que sociologue des sciences et juriste, je m’intéresse aux modèles de développement des innovations médicales, leur implication pour l’implémentation des politiques sanitaires ainsi que les enjeux juridiques.

D’origine brésilienne, je suis venu en France faire mon doctorat. J’ai une formation en droit et un master en bioéthique tous deux obtenus à l’université de l’État de Rio de Janeiro (UERJ). Dans la foulée de ces formations, j’ai été chercheur en propriété intellectuelle dans un centre de recherches juridiques à Rio de Janeiro avant de venir en France faire mon doctorat en sociologie. Ma thèse en sociologie des sciences obtenue à l’EHESS a porté sur la production publique des tests de diagnostic au Brésil. Suite à mon doctorat j’ai pu faire deux postdoc - au Centre Populations et Développement, de l’Université Paris Cité, et à la Fondation Oswaldo Cruz, au Brésil, respectivement - sur les modèles d’innovation (des vaccins et de diagnostic) des pays du Sud, notamment au Brésil et en Inde.

Le projet PHAG-ONE est un consortium pour développer la phagothérapie et mettre en place une plateforme publique de production et d’accès à cette thérapie aux hospices civils de Lyon.  Il a donc pour mission non seulement de développer cette nouvelle thérapie qui devient de plus en plus importante dans le contexte de l'antibiorésistance, mais aussi de produire ces innovations dans un hôpital public. Ma mission est de suivre et de documenter ce modèle de R&D d’une nouvelle thérapie mené par un hôpital public, en identifiant les défis liés à la réglementation (qui évolue rapidement), à la propriété intellectuelle, ainsi qu'aux enjeux économiques et de politique de santé, souvent peu visibles lors du développement technologique. En parallèle, nous comparerons cette initiative avec d'autres modèles d'innovation plus alignés sur l'intérêt public. Une autre mission, si nous en avons la possibilité, sera d'assurer la liaison avec les acteurs politiques et de la société civile intéressés par le soutien de ce modèle public de production de la phagothérapie.



Publiée le 29 mars 2024

Partager